Lunel, ses 25 000 habitants et les nouveaux commerces

Publié le par coeur de lunel

L'Association permet encore une fois à l'un de ses adhérents d'écrire un article pour le blog, bonne lecture

L'INSEE devrait confirmer début 2009 que Lunel atteint désormais les 25 000 habitants (
Midi Libre du 24 novembre 2008), soit une augmentation de 2,9 % de la population par rapport à 2007. Un chiffre bien supérieur à la moyenne héraultaise et régionale (1,4 %). Sans compter que le bassin de population de la Communauté de communes du Pays de Lunel avoisine les 50 000 habitants. Est-ce que, pour autant, " Lunel la tranquille devient Lunel l'attractive" ? Selon la dernière enquête de Franchise Magazine, les commerces franchisés sont certes séduits par les villes moyennes. A la question : "Dans quel type de villes comptez-vous à l'avenir vous implanter en partenariat avec un franchisé, un concessionnaire, un affilié ?" :
* 67 enseignes sur 327 répondent les "moins de 50 000 habitants" ;
* 73 indiquent ne pas avoir de priorité, car toutes les tailles de villes les intéressent. 
 
Si Lunel n'est pas citée dans cette enquête, il est intéressant de noter quand même  que :
* 172 suffrages (toujours sur 327 possibles) se portent à la fois sur la rue n° 1 (soit le boulevard Lafayette) et les secteurs de la restauration, de l'équipement de la personne et de l'habillement ;
* 125 suffrages viennent aux galeries marchandes de centre-ville, encore dans les secteurs de la restauration, de l'équipement de la personne et de l'habillement ;
* 118 s'intéressent aux rues "hors n°1" de centre-ville (1 bis et 2, soit cours Gabriel-Péri et rues "piétonnes" Sadi-Carnot/de la Libération), toujours dans les secteurs de la restauration, de l'équipement de la personne et de l'habillement.
 
Remarques : Voilà donc de quoi être (modérément) optimiste pour le coeur de Lunel, étant donné qu'il n'existe pas de galerie marchande de centre-ville. D'ailleurs, le projet (évoqué) d'en construire une à la place de l'Hôpital local reviendrait, on peut le craindre, à "déshabiller Pierre pour habiller Paul", c'est à dire faire fuir vers ce lieu les commerces des rues "piétonnes", comme cela s'est passé après l'ouverture des centre commerciaux. Si elle doit voir le jour, un emplacement plus adapté pourrait être sur la zone Place Jean-Moulin + ex-locaux de la quincaillerie Tisné avec parking souterrain.
 
En attendant, la municipalité devrait prendre en compte le potentiel des rues "piétonnes" existantes et les mette en valeur, tout d'abord à peu de frais (en les rendant totalement piétonnes), puis éventuellement en les rénovant.
Dernière remarque et pas la moindre : il faudrait que le panier moyen de ces 50 000 habitants soit à la hauteur, ce qui ne semble pas être encore le cas...

Patrick Rogel

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article