1er réunion : lundi 15 décembre 2008

Publié le par coeur de lunel


Une cinquantaine d’adhérents et de sympathisants de l’association Cœur de Lunel, de tous âges, catégories sociales et tendances politiques, a fait l’honneur de participer à la 1re réunion d’information, le 15 décembre 2008, exactement trois mois après sa création.


Cette réunion a eu lieu à la  Maison des Jeunes et de la Culture (MJC) de Lunel, que le bureau remercie pour son accueil.


Le bureau de Cœur de Lunel (Chloé Pichol Jankovic, Présidente ; Abdesselam El Mardi, Vice-Président Trésorier ; Patrick Rogel, Secrétaire) s’est présenté et a rappelé que Cœur de Lunel était une association apolitique de citoyens concernés. Des extraits d’articles du blog détaillant les  actions, ont été distribués aux personnes ne le connaissant pas ou ne disposant pas de connexion Internet.

La discussion s’est aussitôt engagée sur les actions en cours de Cœur de Lunel


Ø
     
La propreté de la ville est le principal thème fédérateur :


Cœur de Lunel a rappelé à l’occasion les attributions des différentes institutions : le ramassage des ordures par la Communauté de Communes du Pays de Lunel (CCPL)d’une part  et le nettoyage de la chaussée par le groupe Nicollin, sous contrat avec la mairie de Lunel, de l’autre.

 De nombreux intervenants ont regretté l’incivilité de certains concitoyens :

  • déjections canines non ramassées, ni par les propriétaires des chiens (alors que des sacs prévus à cet effet sont fournis), ni par le groupe Nicollin ;
  • sortie hors horaires de sacs poubelles sans qu’ils soient mis dans les containeurs prévus à cet effet ;
  • mise sur la voie publique d’encombrants hors horaires (et non utilisation des 3 décharges intercommunales) et en vrac
  •  absence de toilettes publiques,
  • présence de chiens errants, etc.

 Mmes Annabelle Dalle et Paulette Gougeon, représentant la Mairie de Lunel, ont fait valoir que toutes les agglomérations étaient confrontées au problème de la propreté en centre-ville.


En tant que représentant d’habitants et aussi de contribuables,
Cœur de Lunel a simplement fait le constat que le centre-ville était sale, sans vouloir entrer dans les supposées frictions politiques entre la CCPL et la Mairie de Lunel.

Trois initiatives intéressantes de prévention et d’information ont été présentées :

·        les Ambassadeurs du tri (de déchets), pilotée par la CCPL,

·        celle de la Municipalité concernant les déjections canines (information, communication et verbalisation, action mise en place pour le printemps)

·        celle de commerçants nettoyant régulièrement leur rue.

 Enfin, Cœur de Lunel a fait circuler parmi l’assistance le cahier des charges liant le groupe Nicollin à la Mairie de Lunel. Les personnes présentes ont pu constater qu’il n’était pas respecté et ont demandé quelles étaient les pénalités financières prévues dans ce cas de figure.


Ø      
La circulation en Cœur de Ville

Un problème de cohabitation entre automobilistes, piétons (la plupart des habitants étant souvent les deux) et cyclistes, est également une préoccupation prégnante.


De l’avis de beaucoup, il y a trop de voitures à Lunel par rapport au nombre de places de stationnement disponibles, obligeant les automobilistes à « tourner » longtemps en ville avant de trouver un emplacement.

Cœur de Lunel a rappelé avoir lancé une pétition en faveur d’une carte de stationnement résidentielle pour les personnes habitant (et commerçants exerçant) dans une rue payante et/ou sans place de stationnement.


Mmes Dalle et Gougeon, ont précisé qu’une telle expérimentation était menée rues Henri Reynaud / de Verdun, selon elles, sans grand succès puisque uniquement deux personnes ont souhaité bénéficié de cette carte de stationnement à tarif réduit.

Mme Laétitia Metzinger, représentant l’association de commerçants Vitrine Pescalune, a précisé que ces derniers avaient un temps négocié un tarif préférentiel avec la société Vinci, gestionnaire du parking du Canal, mais que celui-ci n’avait pas été reconduit.


Par ailleurs, nombre de personnes sont opposées à la configuration actuelle de la voirie dans les rues commerçantes semi piétonnes Sadi-Carnot/de la Libération :

·        sens de circulation inadapté : les transformant en « aspirateurs à véhicules » (ne respectant souvent pas la limite de 30 km/h),

·        trottoirs pas assez larges pour le passage des piétons, des poussettes et des fauteuils roulants des personnes à mobilité réduite.

·        Stationnement « sauvage » pour faire une course (prendre son pain en laissant son véhicule en marche au milieu de la chaussée)


De même, Mme Delphin, représentant l’association Lunel à vélo, laquelle vise à obtenir des aménagements de la voirie plus favorables aux cyclistes, a évoqué la piétonisation du centre-ville, qui ne serait accessible qu’à des navettes de minibus.

Plus généralement, le règlement du problème des rues Sadi-Carnot/de la Libération pourrait se faire par la fermeture temporaire ou complète de l’entrée par la rue Sadi-Carnot (une barrière mobile est en place à cet effet), le déplacement des poteaux matérialisant les trottoirs, voire leur suppression totale. 

 

Ø      L’accessibilité pour les personnes à mobilité réduite :

Concernant ce cas précis, M. Jérémy Martinato, adhérent de Cœur de Lunel, s’est fait l’écho d’un courrier d’un autre adhérent dénonçant l’attribution par la Délégation Départementale de l'Hérault de l’Association des Paralysés de France à la ville de Lunel d’un « logo vert » récompensant « la sécurisation des espaces piétons » et compte poursuivre son action, notamment en réalisant un film démontrant les problèmes d’accessibilité.

 

Ø       L’animation du cœur de ville :


Dernier thème abordé et essentiel pour la notion d’échange, de lien,  pourrait passer par la création d’un marché paysan en faveur duquel Cœur de Lunel a lancé une pétition.

 L’association a rappelé que, malgré les 612 foyers demandeurs lors d’un questionnaire adressé par la CCPL, le projet a vu le jour à Lunel-Viel. Selon certaines personnes présentes, les commerçants des Halles verraient d’un « mauvais œil »  cette initiative, pourtant complémentaire et non concurrentielle.

 

Avant de clore la séance, Chloé Pichol Jankovic a précisé que Cœur de Lunel n’était qu’un intermédiaire entre les habitants et les institutions et a invité les personnes présentes à se constituer en groupes de travail autour des thématiques qui les sensibilisent plus particulièrement. La discussion s’est poursuivie de façon plus informelle autour d’un buffet confectionné par un adhérent, M. Lucien Benezra, de la boulangerie « Aux pains délices ».

Rendez-vous a été pris dans 2 mois environ pour une 2e réunion d’information et de retour sur les groupes de travail.

 

 

Publié dans LES ACTIONS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article